jeudi 31 mars 2016

Génération YZA


On parle beaucoup de la génération Y, depuis quelques années. Emmanuelle Duez, collègue de chez Elephorm, en parle d'ailleurs très bien, y compris sur Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=gkdvEg1kwnY

Mais, au-delà de ce clivage Y / non-Y, j'ai pensé que nous vivions peut-être une transgression bien plus large de nos schémas. Je la nomme YZA, pour identifier les générations successives Y, Z et A.

Les Y

En résumé, les Y ont une sensibilité transversale et instable. Mais ils s'impliquent sans fin dès lors que l'activité proposée a du sens. Si vous gérez les Y comme de la main d'oeuvre purement technique, c'est peine perdue. Ils vous bouderont. Mais s'ils sont impliqués dans un objectif humaniste global, vous en tirerez en revanche le meilleur. Le Y est sensible et comprend les enjeux. Il veut être utile. Pour cette raison, et parce que les entreprises restent encore dans une posture de marque, d'institution, qui ne se remet pas en cause face aux enjeux mondiaux, les Y désertent ou cherchent l'indépendance en se mettant souvent à leur propre compte ou en restant pétrifié à un poste inadapté à défaut de trouver mieux.

Les Z

Mais, par-delà le Y, la nouvelle génération arrive. Ce sont les Z. Les Z sont dans l'achèvement quel qu'en soit le prix. Si une formule ne les convient pas, contrairement aux Y qui restent plus pacifistes, les Z guillotinent. Les révoltes peuvent donc venir des Z. Les Y, s'ils trouvent du sens dans une démarche Z, suivront. La combinaison des deux générations peut donc se révéler très impactante pour la société, contrairement à ce qu'en disent certains managers papyboomers pour lesquels les Z vont zigouiller les Y. Non. Les Y cherchent un leader. Le Z sera son leader ou tout autre responsable un peu lucide.

Les A

Après le cycle A-Z qui se termine, on recommence pardi ! Les A reviennent pour démarrer un cycle long. Les A, en début de cycle, se manifestent dans la construction. C'est eux qui vont créer les nouveaux usages, les nouvelles normes, les nouveaux métiers, les nouveaux modèles de société que nous attendons pétrifiés ou révoltés. Le choc risque d'être brutal entre le Z et le A. Mais, c'est encore le Y qui fera balancier en suivant le nouveau leadership qu'incarnera désormais le A, plus vertueux que celui du Z révolutionnaire et destructeur.

C'est pourquoi, je conçois que c'est bien le cycle YZA dans son ensemble qui formalisera le véritable changement que nous aspirons tous de nos voeux. Et pas uniquement les Y ; )

NB : lorsqu'on évoque une génération par généralité, il s'agit d'un état d'esprit ambiant et dominant intergénérationnel, bien plus que d'un groupe déterminé par un âge précis. Ainsi, un ancien peut se révéler Y, Z ou A, s'il suit les moeurs. Et un jeune peut tout aussi bien adopter une posture rétrograde de W ou X, s'il vit dans le déni. Par nos âges respectifs, nous sommes certainement prédisposés à représenter une génération. Mais notre écoute, notre sensibilité, peuvent nous amener à suivre le temps. C'est juste notre libre arbitre qui décide.

Lire aussi :
http://bloc-notes-arzhur.blogspot.fr/2014/07/le-digital-par-michel-serres-et-bernard.html

mercredi 23 mars 2016

PandaSuite intègre la 3D !


PandaSuite lance son moteur 3D !

https://blog.pandasuite.com/fr/articles/3d

PandaSuite pulvérise déjà toute technique de publication digitale en jouant avec les médias audiovisuels et les gestures mobiles comme aucune autre solution Wysiwyg. Mais voici que la jeune pousse parisienne envoi du lourd, avec un nouveau moteur 3D. Simplement époustouflant ! Les autres n'ont qu'à bien se tenir ; )

Désormais, il est effectivement possible d'intégrer et de synchroniser la manipulation d'objets 3D réels en fonction des interactions de l'utilisateur. Et, naturellement, synchronisable avec les interactions déjà disponibles dans PandaSuite (accéléromètre, boussole, zones de défilement, séquences d'images, vidéo...).

Une démonstration est disponible en vidéo, sur Viméo, réalisée pour Le répertoire des musées nationaux (RMN) :


Le moteur est basé sur le framework ThreeJS. Il est donc compatible avec les formats OBJ et MTL. Mais pour d'encore meilleures performances, il peut être recommandé de gérer la 3D directement via un fichier JSON.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l'éditeur www.pandasuite.com ou suivez une des formations PandaSuite conventionnées AFDAS, disponibles sur le site de l'AFDAS et sur le site du centre de formation Apaxxdesigns :

http://www.apaxxdesigns.com/formations/panda-suite/

lundi 21 mars 2016

Formation : Web document HTML5


Je vous propose un point sur les formations dédiées à la réalisation de web document, au format HTML5, dans le cadre d'un entretien donné sur le blog de Appaxdesigns Training Center :

http://www.apaxxdesigns.com/news/formation-webdoc-html5-conventionnee-afdas/

Pour compléter cette lecture, vous pouvez aussi consulter des exemples de web documents réalisés à l'aide de la solution Klynt, dispensée, entre autres, dans mon cursus :

http://www.klynt.net/fr/projects/


jeudi 17 mars 2016

Comparatif : Adobe XD et Sketch

Voici un comparatif intéressant entre les deux solutions de conception d'application et de services multi-supports, le nouvel Adobe XD (ex Comet) et l'indétrônable Sketch, publié par le site Slice42.

https://slice42.com/dossiers/tribune/2016/03/adobe-xd-permettez-quon-rigole-de-ce-sketch-36164/

On y perçoit qu'une fois encore, il peut être prudent d'attendre que la solution d'Adobe monte en maturité avant de s'y dévouer pleinement. XD n'est en effet qu'une version simplifiée de Sketch, au demeurant incomplète, et qui plus est en mode Preview (comme le fut le regretté Edge Animate jusqu'à l'annonce de son abandon en décembre dernier).

Il n'y a pas long à évaluer qu'Adobe attend de voir ce que les utilisateurs feront de ce XD pour pérenniser ou non son développement.

samedi 5 mars 2016

Comparatif : Animate, Edge, Hype


Vous êtes nombreux à vous interroger sur l'évolution des logiciels d'animation HTML5 depuis que Adobe a repositionné son offre le 8 février dernier. Voici quelques éléments de réponse qui devraient vous aider dans votre réflexion.

Adobe souhaite substituer progressivement Edge Animate par Animate CC (ex Flash Pro), bien que leur usage soit bien distinct. Et puisque ni l'un, ni l'autre, ni la fusion des deux réunis ne remplit idéalement la plupart des taches élémentaires exigées d'un animateur Web, un troisième opérateur entre sérieusement en scène, c'est le logiciel Hype, sorti en 2011, mais désormais mature.

Alors, lequel choisir et pour que faire ? Peut-on se contenter des produits Adobe ? Hype peut-il combler toutes les attentes ? Rappel :

  • Edge Animate est une solution basique destinée à créer des animations basées sur le DOM, donc sémantiques et référençables. Mais de ce fait, simples. L'interface apparaît encore bien instable.
  • Animate CC est un environnement d'animation avancé et robuste, mais qui exporte soit en vidéo, soit dans un standard HTML5 opaque et non accessible (Canvas, webGL).
  • Hype Pro est une solution très intuitive, ergonomique, aboutie, qui offre toute la latitude pour produire des animations Web sémantiques (un peu moins que Edge cependant), mais incluant des propriétés avancées proches de Animate CC (propriétés 3D flat, export vidéo). Une interface aux petits oignons et à un prix imbattable. Un excellent compromis.

Alors, que reste-t-il à Adobe ? Il reste que Animate CC est le seul en mesure de produire des animations 2D de type cartoon ou dataviz, exportables en HTML5 ou en vidéo. Sinon, en effet, Hype Pro offre décidément tout l'arsenal d'animation Web dont vous aurez besoin si vous souhaitez seulement produire de l'interactivité Web ou digitale, non cartoon.

L'interface de Edge Animate reste vraiment très instable et ne sera de toutes façons plus développée, comme l'a confirmé Adobe. Et Animate CC n'offre pas de réponse sur les contenus sémantiques. Adobe ne propose une réponse adaptée finalement que pour les animateurs 2D ayant une bonne culture du dessin-animé, du jeu et de la physique du mouvement (esprit cartoon). Sinon, passez votre chemin.

Voici un petit tableau récapitulatif des propriétés communes qui, pour moi, semblent essentielles en production et leur niveau d'implémentation dans chacun des trois logiciels. Ils vous aidera à mieux identifier vos besoins.

        
Animate CC
Edge Animate
Hype Pro
Propriétés CSS 2D (position, rotation, échelle, torsion, opacité)
***
***
***
Propriétés CSS 3D (x, y, z, rotationX, rotationY, rotationZ)
/
/
**
Courbes d’accélération personnalisables
*
/
***
Importation SVG
***
**
**
Animation vectorielle (interpolation de formes)
***
/
/
Trajectoires de mouvement
***
*
***
Interactivité audiovisuelle
/
*
*
Export html5 sémantique
/
***
**
Export vidéo et séquence PNG
***
/
***
Interactivité sans coder
*
**
***
Interactivité personnalisable en codant
**
**
***
Timeline relative aux actions utilisateur
/
/
***
Physique du mouvement et collisions d'objets
*
*
***
Affichage synchronisé sur mobile
/
/
***
Stabilité
*
/
***
Rapport qualité/prix
*
*
***
Usage
Anim 2D vectorielle
Interface Web
Interface Web et présentation audiovisuelle


Vous êtes graphiste, développeur Web, auteur. Vous bénéficiez d'une prise en charge intégrale pour vous former. Retrouvez les formations Animate CC, Edge ou Hype Pro, conventionnées AFDAS, sur le site de l'organisme paritaire, à l'adresse suivante :

Animate CC et les PNG transparents


Si vous avez tenté de créer une animation à l'aide de PNG transparents (PNG-32), dans le nouvel environnement de Adobe Animate CC, vous avez certainement eu la désagréable surprise de découvrir que votre animation se matérialisait par une page vide. C'est normal. Voici comment contourner ce problème.

Tout d'abord, Adobe convertie automatiquement vos images PNG en séquences spriteSheets et les rend visibles uniquement sur son serveur local (intégré dans l'API et exécutable en faisant Cmd+Entrée) ou en ligne sur votre hébergement. Mais, si vous testez la page en double-cliquant dessus depuis votre bureau, rien ne marche ! Idem si la page est encapsulée dans une app mobile. Bref, une gageure. Il s'agit en fait d'une contrainte de sécurité qui évite de laisser un script malveillant s'approprier la routine qui gère le spritesheet pour introduire des virus dans votre environnement de travail.

Pour contourner ce problème, vous devez tout simplement désactiver la génération automatique de spritesheets, dans les préférences de votre projet Canvas.

  • Faites Fichier > Paramètres de publication > onglet Feuille Sprite.
  • Décochez l'option "Regrouper les éléments images dans la feuille Sprite".
  • Publiez via Cmd+Entrée ou en cliquant sur Publier.


A bientôt sur Animate CC ; )