lundi 6 octobre 2014

La Presse et Wordpress


Publier vers les nouveaux périphérique est onéreux (coûts des licences, création des contenus enrichis, mise en page spécifique). La tentation de recourir à des formats plus ouverts, sans licence, tels que le HTML5, et à un kit standard de publication HTML tel que Wordpress, est-il une si bonne affaire ?

A l'heure où la Presse peut révéler des difficultés à développer de nouveaux projets, compte tenu du contexte économique actuel, et à l'heure où les éditeurs peuvent être attirés par une expérience pure HTML, il me paraît important de resituer les enjeux. Wordpress c'est bien pour monter des sites Web conventionnels pour pas cher, mais n'a pas vocation à remplacer une appli. Détails :
  • Le HTML est un format ouvert, qui favorise le référencement et l'accessibilité. C'est donc un format surtout adapté pour faire connaître vos créations, les commenter, les hiérarchiser, y faire le buzz pour vendre votre application.
  • Le HTML est un format ouvert et, par conséquent, facile à copier, à contrefaire, à extraire, à s'approprier. Il ne convient pas à la diffusion de contenus protégés.
  • Le HTML est un standard qui peut être lu depuis un navigateur ou intégré au sein d'une application native sécurisée. Si vous utilisez du HTML pour développer des fonctionnalités indisponibles dans vos plugins propriétaires, utilisez vos développements en les intégrant dans les exports natifs et protégés de ces plugins plutôt que sur votre site. En les laissant sur votre site, même verrouillés par mot de passe, vous donnez au lecteur une copie exploitable de votre dispositif de présentation, de la forme et du contenu.
  • Les sites Web ne bénéficient pas de la fluidité ni des performances qu'autorise une application native. Certains contenus animés peuvent apparaître saccadés, instables, lorsqu'ils sont joués depuis un navigateur sur un périphérique mobile.
  • Un site Web dispose d'une limitation en terme de capacité de mise en cache de l'information. Une page chargée peut ainsi se voir chargée plusieurs fois si l'utilisateur va et vient d'un bout à l'autre de la parution avec une latence insupportable pour le lecteur lors de l'affichage des contenus.
  • Un site Web se lit connecté. Des mécanismes autorisent un affichage en off. Mais vous ne parviendrez jamais à reproduire l'intégralité d'un magazine en haute définition incluant des contenus audiovisuels à l'aide de sqlite.
  • Les sites Web ne bénéficient pas d'accès aux achats par les stores ni aux dispositifs d'abonnement proposés par les stores, qui facilitent considérablement l'acte d'achat pour les lecteurs et concourent à amortir plus rapidement votre investissement.
  • L'immersion est moins forte dans votre publication au format Web que via un format natif, du fait de l'imposante lourdeur induite par l'interface du navigateur et de la posture moins attentive qu'un utilisateur peut avoir sur un ordinateur plutôt que sur un périphérique mobile. Le temps de lecture est au moins 4 fois plus court sur l'ordinateur (*comscore), ce qui ne séduit pas les annonceurs généralement engagés à près de 80% du coût de production de votre titre.
  • Une mise en page responsive peut également être utilisée au sein d'une publication digitale native. Le problème se pose dans les mêmes termes que sur un site Web. La priorité est-elle à la forme ou au contenu ?
Ainsi, votre modèle économique est-il d'offrir du contenu pour renforcer votre visibilité et votre audience (financement par la pub) ? Si oui, publiez sur le Web, les smartphones et les tablettes. Mais pas sur le Web seul, qui naturellement ne suffit pas à canaliser des mobinautes réfractaires à la non ergonomie d'un navigateur mobile.

Votre objectif est-il de monétiser vos parutions en les vendant ou en vendant des extraits au compte goutte ou par abonnement ? Si oui, privilégiez absolument le format compatible pour les stores, proposé par vos plugins propriétaires. C'est le seul moyen, à moins de programmer en C, de paraître dans les systèmes les plus "bancables".

Votre enjeu est-il d'offrir un pendant numérique à un projet disponible également au format papier ? De même, utilisez le format natif pour valoriser les expériences mobiles et évitez surtout les réplicats PDF stériles ou les livrets à coins de pages interactifs qui appauvrissant l'expérience numérique en offrant un contenu contracté, pingre, avare, méprisant presque ceux qui ont payé pour y accéder.

Il n'est bien sûr pas évident de financer de tels déploiements. Mais au-delà de la technique, c'est aussi le positionnement éditorial de votre titre qui doit avant tout séduire votre audience. La technique permet le succès. Mais si le contenu n'est pas mûr, s'il n'est pas identifié et si, bien que qualitatif, il n'est pas valorisé, ce n'est pas une page HTML qui fera tourner votre boutique !

Voilà. C'était mon message du soir pour les bourriques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire