vendredi 25 juillet 2014

Le faible profit des applications mobiles

Selon une étude du cabinet Devloper Economics dont on peut retrouver un extrait français à l'adresse suivante, les applications mobiles ne génèrent pas de revenus substantiels à l'exception de quelques jeux populaires :

http://frenchweb.fr/les-jeux...

Dans cette étude, on apprend que :
- 24% des applications ne génèrent aucun revenus.
- 23% dégagent entre 1 et 100$/mois.
- 19% entre 1000 et 10000$/mois.
- 12% au-delà.

La qualité des revenus est légèrement plus faible sous Android que sous iOS. Mais contre toute attente, les applications qui ont profité ont prioritairement misé leur développement sur Android (42%), iOS (32%), Windows Phone (10%), BlackBerry (3%), avec un total de 40% du volume des téléchargement et de 80% de revenus générés pour l'ensemble des applications mobiles.

Alors que beaucoup investissent lourdement sur des développements mobiles, il est prudent de bien définir ses objectifs et ne pas surévaluer les retours sur investissements qui n'existent pas directement en tant qu'achat direct de services. Les applications doivent proposer des contenus gratuitement pour être vues, et sporadiquement offrir un accès à des enrichissements, au compte goutte, au paiement, par abonnement, peu importe. Une fois de plus, c'est probablement dans la visibilité et la qualité de votre audience que vous trouverez le véritable modèle économique, davantage que sur l'idée que vous allez vendre, surtout dans un contexte économique où l'on réfléchit à deux fois avant de sortir un centime d'euro.
Nasdaq

A cela, on peut rappeler que lors des années 2000, la bulle de l'Internet a éclaté justement parce que beaucoup avaient surestimé les retours sur investissement des nouveaux médias. Et sans résultat significatif, le château de cartes, en quelques mois, s'est effondré. Le spectre d'une nouvelle bulle numérique reste réel comme le rappelle La Tribune dans cet autre article :

http://www.latribune.fr/entreprises...

Ces données viennent confirmer une fois de plus que si vous devez monter un projet vers le digital, et bien que le nombre d'équipement ne cesse de croître, c'est bien la visibilité de votre projet et la qualité de son audience qui prévaudront, bien loin devant leurs achats, à une ou deux distinctions très ciblées.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire