jeudi 20 février 2014

Digital Publishing : Statistiques 2014


Adobe présente, fin 2013, quelques statistiques sur les usages des tablettes aux USA. Des données fraîches qui affirment la vocation immersive des publications numériques et un succès relatif de la solution DPS, à décrypter.

Rappelons d'abord que les USA sont traditionnellement plus ancrés Apple et Adobe que l'hexagone, plus équilibré entre iOS et Android ainsi qu'entre Adobe et d'autres solutions de publication concernant l'édition numérique.

Dans son rapport, Adobe montre que 80% des publications digitales sont montées depuis DPS, pour les USA. Les autres solutions n'ont en effet pas encore gagné en visibilité auprès des éditeurs du pentagone. Et on peut se demander si la quantité vaut la qualité. Si chaque utilisateur de Adobe CC publie en effet son seul book personnel via un export gratuit vers iOS intégré dans son abonnement, cela fait déjà de nombreux émules "non business". Néanmoins, rappelons que Adobe possède la meilleure solution de tracking d'audience et que cela peut en revanche séduire bon nombre d'institutionnels et de marques. Mais ce chiffre n'est donc pas percutant en soi.

La durée de lecture : 50' d'audience en moyenne par magazine enrichi au format application, au lieu de 15' pour le même magazine en version PDF ! Une donnée qui change, ici, littéralement la donne ! Votre publication peut donc se financer par des publicités (soumises à audience) si elle est exportée en application et diffusée gratuitement, plutôt qu'en PDF, lequel devra soit être vendu, soit réservé à un partage gratuit d'appoint mais peut lu. Un nouveau modèle économique s'affirme, celui de la presse gratuite, enrichie et financée par de la publicité (voir l'exemple de "Bande à part").

A noter aussi, Adobe annonce que 97% des chargements se font sur iOS et 3% sur Android. Pour relativiser cette annonce qui semble manifester l'engouement pour l'iPad, rappelons aussi que l'export Android de DPS n'offre pas toutes les fonctionnalités, que le ticket d'entrée imposé par Adobe est de l'ordre de 5000€ pour diffuser sur Android, alors qu'elle est incluse dans votre abonnement pour iOS. De fait donc, le nombre de parutions DPS disponibles sur Android est infime, et par voie de conséquence, leur nombre de téléchargement. Ce chiffre est donc plutôt défavorable à l'approche Adobe DPS qui semble finalement mal gérer la diffusion vers Android, d'où sa non présence dans les rapports publics. Il n'en demeure pas moins que 80% des achats sur les tablettes se font sur iOS, mais pas forcément via DPS. Une nuance de taille.

Pour terminer sur les chiffres, en janvier 2013, en France, ce sont désormais 18% de foyers qui sont équipés de tablettes avec un rapport équilibré entre iOS et Android, mais toujours plus favorables à l'achat pour iOS. Sauf que, si on relève les précédentes données indiquant que le marché allait probablement évoluer vers du gratuit financé par des publicités, la tendance pourrait au contraire prochainement bien évoluer en faveur d'Android plus que iOS, du fait qu'Android cible largement le public avide de gratuité.

En conclusion, les données relevées par Adobe sont favorables autant à Adobe qu'aux plugins concurrents. Mais, ce qu'Adobe n'a pas relevé et qui entre totalement cependant à leur avantage, c'est que si le modèle économique des parutions tend à devenir gratuit, alors, Adobe qui offre la meilleure solution de tracking pub pourrait bel et bien devenir incontournable. Il leur reste à ouvrir un peu plus la solution vers Android... et Microsoft.

A suivre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire