mercredi 9 octobre 2013

La chute de Facebook


Comme nous l'annoncions déjà en juin 2012, la stratégie commerciale de Facebook a sonné son glas :
http://bloc-notes-arzhur.blogspot.fr/2012/06/lapres-google-et-lapres-facebook.html

Un article du JDN rapporte qu'aujourd'hui le taux de participation des usagers de Facebook est passé, en un an, de 3% à 1% ! Une chute vertigineuse, semblable à celle d'Apple, également enfermé dans une logique trop mercantile.
http://www.journaldunet.com/ebusiness/marques-sites/engagement-marques-facebook-septembre-2013.shtml

De nouveaux horizons s'ouvrent pour les utilisateurs, les développeurs et les investisseurs. Affaire à suivre...

4 commentaires:

  1. En quoi Apple est sujet à une chute vertigineuse ?

    RépondreSupprimer
  2. Une action qui passe de 700$ à 400$ en moins de 6 mois, et un OS qui passe de 1er utilisé à détrôné par Android, en moins de 2 ans, n'est-ce pas vertigineux ?

    RépondreSupprimer
  3. Pas vraiment, il se vend de plus en plus d'iPads chaque jour (on était à 1 par seconde dans le monde il y a 6 mois, on est à 1,5 par sec. maintenant). Effectivement il se vend bien plus de tablettes Android, mais à quel prix ?

    Quand on voit que seulement 20% des possesseurs d'Android sont des consommateurs de contenu (payant ou gratuit), cela laisse encore de belles années à Apple et ses 40% de parts de marché actuelles (dont 72% d'utilisateurs actifs). Ça laissera le temps à Google d'estomper encore la fragmentation de ses systèmes… Oui Android est largement devant, mais uniquement grâce à l'explosion des tablettes à bas prix (et à piètres qualités) ; tablettes qui suffisent pour surfer et envoyer des mails, mais qui n'auront jamais la polyvalence ou le même intérêt d'un iPad ou d'un Nexus.

    Le taux de satisfaction (et de fidélité) des utilisateurs iOS est bien plus haut que tout autre plateforme ou constructeur. Ça veut bien dire que les mécontents changent de marque, et qui il a plus de mouvement d'Android vers iOS que l'inverse.

    Pour argumenter le point du suivi et de l'utilisation des périphériques, il n'y a qu'à regarder le le passage à un nouveau système d'exploitation. En moins d'un mois, iOS7 a passé la barre des 70% (https://mixpanel.com/trends/#report/ios_7/from_date:-24,to_date:1) alors que les utilisateurs d'Android peinent à pouvoir faire leurs mises à jour à cause de périphériques prématurément obsolètes ou à cause des constructeurs qui ont personnalisé leur système et qui tardent à sortir leurs propres versions de 4.2 ou 4.3, ou aussi par désintérêt des utilisateurs vis à vis de leur matériel…
    https://mixpanel.com/trends/#report/android_frag/from_date:-9,to_date:1

    Et si la bourse avait toujours raison, ça se saurait ! (sauf dans le cas de Facebook !).

    La croissance rapide et exponentielle des ventes de tablettes (toute marque confondue) n'est pas une bonne chose à mon avis. Dégoûter un utilisateur par une tablette incapable ou non-intuitive (bas-prix et Windows RT…) ne va que tuer le marché de ces dernières au bénéfice de système et de matériel plus fiable, et à ce niveau iOS et l'iPad/iPhone sont toujours bien placés. Android ne l'est que sur du haut de gamme (et encore, quand on voit le Galaxy Tab 3 10.1 qui vient de sortir, on peut douter ; il est plus lent qu'un iPad 1 alors que sur le papier, il est 10x plus puissant…).

    Tout ça pour dire qu'il n'y a rien de vertigineux et que les chiffres sont bien plus complexes à interpréter que ça. J'en profite pour faire un peu de promo ;-) c'est le sujet abordé par la formation "Édition numérique : état de l'art" que j'anime pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le sujet :
    http://pyramyd-formation.com/formations/l-edition-numerique-sur-tablette-mobile-etat-de-l-art

    RépondreSupprimer
  4. L'histoire brille d'exemples depuis des millénaires illustrant que ce ne sont jamais les meilleurs solutions qui gagnent, mais ceux qui s'imposent. Le super8, le VHS, le CD, le MP3 sont autant d'exemples qui montrent que c'est bien le plus accessible qui prime, et pas le plus qualitatif, à mon grand regret. Je ne suis pas aussi certain de la pérennité des solutions Apple que toi. Apple devient un segment comme un autre. Ce n'est plus Apple qui fera le digital mais l'ensemble des expériences digitales qui façonneront désormais Apple.

    RépondreSupprimer