mercredi 23 octobre 2013

iPad Air affirme les usages

Apple vient de mettre à jour sa suite logicielle et hardware, d'un seul tenant, peu avant les fêtes de fin d'année. Les nouveautés apportent-elles des avancées réellement significatives ?

Plus puissants, plus compacts, accessoirement plus fragiles. Rien de neuf sous le capot ! En revanche, la petite histoire des tablettes, courte de 3 ans, nous a appris que ce qui prévalait concernant les nouveaux supports était l'usabilité du périphérique et que cela influait grandement sur la manière de mettre en forme et d'écrire le contenu (voir comment le Web a adopté les codes visuels et ergonomiques imposés par l'iPad). Et dans ce sens, on peut souligner, dans cette nouvelle mise à jour, quelques évolutions imperceptibles mais qui risquent de devenir rapidement efficientes : l'orientation, la résolution, le partage.

L'orientation
La réduction de la largeur de la tablette, dans le modèle à priori le plus spacieux et confortable, le modèle iPad Air, introduit une plus grande aisance pour prendre en main la tablette horizontalement, comme c'était déjà le cas avec l'iPad mini et maintenant Mini Retina. Les côtés gauche et droit se laissent saisir à pleine main pour une expérience encore plus immersive en mode horizontal, tandis que les bords étroits incitent à une prise en main par l'arrière pour libérer l'autre main, la main directrice, pour écrire ou naviguer, façon Note. Le choix de l'orientation s'avère donc plus connoté que jamais.

La résolution
Elle ne change pas et Apple maintient son ratio 4/3. Nul besoin de reconsidérer ses mises en formes si tant est qu'elle n'étaient pas déjà adaptées pour les écrans Android plus panoramiques si vos projets adoptaient déjà ces périphériques devenus majoritaires. Mais, la généralisation du Retina, désormais disponible sur Mini et sur iPad Air, ainsi que sur les MacBooks qui peuvent lire les ePubs Apple grâce à Mac OS Mavericks, va booster la création de magazines haute définition. Prévoyez par conséquent de migrer progressivement vos mises en forme vers une qualité HD, proche de celle du print. Les hautes résolution devenant également légion sur les plateformes concurrentes, le Web ne sera bientôt plus qu'un lointain souvenir.

Le partage
Apple comme Aquafadas, propose de rendre disponibles ses parutions pour tous les écrans. Lorsque Aquafadas le fait par un player Flash et un export à 280€HT par numéro pour les ordinateurs classiques, Apple intègre un export gratuit de vos ePubs 3 vers une extension de navigateur codé en natif ! Dommage que la fonctionnalité se limite aux équipements Apple, ce qui la rend en fin de compte assez peu viable commercialement, mais intéressante pour des publications ciblées vers les utilisateurs de Macs (artistes, créatifs, agences de communication, communication interne).

On notera que l'iPad ne possède toujours pas, conformément à la politique très bridée de Apple (comme Sony) que rien ne leur échappe, de port USB/SD pour y attacher une clé ou une carte SD de stockage Flash. Et ce, alors que toutes les tablettes du marché tendent vers ce type de connectivité. Un atout à ne pas négliger dans la création haute définition, très gourmande en stockage ! Apple mise sur la haute définition, mais oublie que son modèle économique n'est pas adapté à un marché libre et ouvert. Plantage en vue programmé.

Un bilan qui confirme donc la nécessité de prévoir des contenus de bonne qualité plastique pour vos futures publications, et de cogiter plus que jamais sur le sens implicite de l'orientation de votre mise en page. Le reste, c'est un peu du vent, ou plutôt, ...de l'air.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire