mardi 18 juin 2013

Coca-cola : le mensonge marketté

La nouvelle trouvaille du géant du soda ne vous a pas échappée. Il est désormais possible de personnaliser sa canette de soda avec son prénom. Mais qu'on s'entende bien. Le caractère vernaculaire vu par l'industrie agro-alimentaire n'a en réalité rien de vernaculaire. Ce n'est qu'un leur. Le produit reste le même.

Même avec un joli prénom, votre soda ne reste en effet jamais qu'un soda, offrant uniformément le même goût et le même contenu d'un bout à l'autre de la planète.

La véritable trouvaille eut été peut-être de permettre à chacun d'y introduire sa propre saveur et ses propres ingrédients. Nous sommes loin du compte !

Le design qui usuellement révèle un produit est loin de nous informer, ici, sur les goûts personnels de chaque nom ayant signé la bouteille. Le design, pour ainsi dire, ne révèle dans cette logique pseudo vernaculaire, en rien, le contenu. C'est donc par définition un mauvais design.

Si, malgré tout, cette campagne relance un temps soit peu les ventes de canettes, elle peut effectivement apparaître comme une bonne campagne commerciale, mais n'en demeure pas moins une mauvaise campagne artistique. L'un n'empêche pas l'autre. Cela n'est bien sûr pas dramatique. Mais il me démangeait de le souligner.

La culture des vérités arrangées semble intrinsèque à la marque aux cannettes rouges. Après qu'on nous fasse avaler que boire un soda dans une bouteille en aluminium est bon pour la santé, que le produit classique ou avec édulcorant garde le même goût, nous faire entendre que changer d'étiquette c'est personnaliser le produit, chacun finira par se faire son opinion. 

Personnaliser son coca, ce n'est pas simplement personnaliser son étiquette ! Moi, je le personnalise avec un quart de Pulco ou un tiers de Perrier ou un jus de citron vert fraîchement pressé ! Ca, c'est de la créa ! Et comme au passage je me flingue mon estomac, en plus, c'est Rock-n-roll ! Yeah !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire