mercredi 8 mai 2013

Adobe Creative Cloud 2013


Adobe dévoile les nouveautés de la Creative Suite 2013 et propose, pour la première fois, l'exclusivité de ses innovations pour le publique disposant uniquement d'un abonnement au fameux cloud* (*solution en ligne). Quels sont les enjeux à mesurer ? Quels sont les avantages incontournables de cette mise à jour ?

Enjeu sur la propriété
Tout d'abord, en passant à creative cloud, l'utilisateur doit être averti qu'il entre dans un système d'abonnement et non plus d'achat de licence. Cela induit qu'une fois l'abonnement arrêté, il ne possède plus de licence et le logiciel installé en dur sur son poste s'arrête de fonctionner au bout de 30 jours d'utilisation. Cette durée devrait même prochainement descendre à 3 mois (source Adobe).

Avantage des mises-à-jour
Si l'on pouvait s'interroger sur la nécessité de disposer d'un abonnement permanent à une suite de logiciels dont on n'utilise peut-être que certaines fonctions élémentaires, l'abonnement apparaît, avec le temps, la réponse la plus adaptée à l'utilisation des outils Adobe. Outre les mise-à-jour dynamiques, en voici les raisons :
  • Le choix du mode connecté permet de disposer d'évolutions des produits plus rapides, au compte goutte, en temps réel, et non pas seulement à l'occasion des mises à jour plénières. Ceci est particulièrement utile concernant les services en ligne (acrobat.com pour la DPS, partage des ressources pour la vidéo, création de son portfolio pour les designers avec Prosite et Behance) et les solutions multimédia (Edge tools, Air). Mais ça l'est tout autant pour des outils de production qui peuvent vite devenir obsolètes s'ils ne s'adaptent pas en temps réel aux évolutions du marché (Flash, Fireworks, Dreamweaver).
  • Une licence plénière n'est pas si économique qu'elle n'y paraît car il faut régulièrement faire évoluer sa version de logiciel du fait de l'évolution constante des OS et du matériel ;
  • Les logiciels achetés via l'offre cloud sont utilisables en dur, comme dans l'offre traditionnelle. Il n'est nullement besoin d'être connecté pour les utiliser.
  • Des versions spécifiques Entreprise sont proposées pour permettre de ne pas à connecter les postes utilisateurs.
  • L'offre par abonnement de Adobe propose des services utiles comme l'offre de licences pour du digital publishing, l'offre de licences pour l'utilisation de polices jusqu'à un volume de 20 000 euros de typos (Typekit), l'offre de 20 à 100Go d'espace de stockage, la gestion de versionning des fichiers partagés sur 30 jours et un portfolio gratuit par utilisateur dans le site communautaire Behance (le LinkedIn des designers).
Dans les nouveautés présentées au MAX cette semaine, relevons :

Photoshop cc
  • Nouveaux filtres spectaculaires de correction d'image (flou, bougé, perspective sur format RAW).
  • Amélioration de la gestion des formes vectorielles (modifiables, sélections multiples).
  • Styles de textes.


After Effects cc
  • Nouveaux outils de détourages inspirés de Photoshop mais avec une bonne gestion de l'effet sur l'échelle temporelle.
  • Intégration dynamique d'obets issus de Cinema 4D lite désormais intégré à After Effects.
  • Amélioration des outils de tracking 3D.


Premiere Pro cc
  • Prise en charge des codecs Apple proRes, Avid, Sony et Panasonic.
  • Nouveaux raccourcis.
  • Intègre une partie du moteur de Speed Grade pour faciliter les réglages colorimétriques.
  • Compatibilité avec Anywhere, plateforme de stockage de fichiers vidéo en ligne.


Edge tools
  • Finalisation des versions beta des logiciels Edge animate, Edge Reflow et Edge code pour la création de sites HTML5 animés et responsives (pour ceux qui n'utilisent pas Wordpress).
  • PhoneGap est désormais intégré à Edge Tools et permet de convertir son site HTML5 en mini application mobile.

Flash cc
  • Une interface épurée en 64 bits pour une prise en main désormais stable, fluide et fine, comme dans Photoshop ! Enfin !
  • Mais au prix de quelques concessions (de nombreuses options d'animation ont été supprimées : exports antérieurs à 10.3, outil segment, éditeur de mouvement, exports en projecteurs autonomes). Une version clairement orienté vidéo et mobile. Exit le Web désormais réservé à Edge.
  • L'interface n'a plus de limitation de taille.
  • Un export vidéo HD désormais géré par Adobe Media Encoder permettra de réaliser ses propres dessins-animés en vidéo et de les intégrer dans tous les environnements (HTML, réseaux sociaux, applis mobiles, publications digitales).
  • L'export HTML5 a également été amélioré, mais dans un standard encore en devenir.


InDesign cc
  • Amélioration de l'interface pour les écrans Retina, moteur 64 bits plus stable.
  • Amélioration de la gestion des polices à l'affichage et dans les menus.
  • Amélioration des exports ePubs pour les librairies virtuelles (habillages des textes, Index dynamique, personnalisation des réglages CSS à l'export). 
  • Générateur de QR codes (URL, SMS, Tel, Texte à copier, Carte de visite virtuelle).


Illustrator cc
  • Gestion du positionnement, de l'échelle et de la rotation des caractères dans un flux de texte continu.
  • Export CSS/SVG par copier-coller dans un éditeur de code.
  • Export CSS/SVG adapté selon les navigateurs, au choix.
  • Amélioration des outils pinceaux et contours (formes bitmaps).
  • Meilleures performances générales et typographiques.


Muse cc
  • Effets d'animation Parallax (mais que reste-t-il aux gros logiciels ?)


Dreamweaver cc
  • Intégration avec Edge.
  • Nouvelle gestion des CSS plus intuitive.
  • Animation CSS3 en code.
  • Gestion des balises HTML5 video et audio.
  • Librairies JQuery supplémentaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire