vendredi 31 mai 2013

Les sociétés et l'image


Petit post philosophique.

N'est-il pas incroyable de voir combien nos sociétés modernes vivent, par, et à travers, le support image ?

Plus nous avançons dans le temps, plus cette image semble prégnante et efficiente. Elle existe certes depuis des millénaires : dans l'Antiquité, la préhistoire, et plus récemment, la plupart des religions s'en sont emparées sauf peut-être une qui avait compris le danger de ce détournement que constitue l'image sur la réalité. Et, bien sûr, l'industrie et les politiques l'exploitent eux aussi allègrement. Car toute image détourne du réel et en cela influe sur le comportement réel. Elle structure les mécanismes de pensée. Elle influe donc sur le réel.

En remarquant par ailleurs combien l'individu (et non plus l'industrie, le parti, un système), peut à son tour atteindre le support image et son efficience, je me rends compte aussi que le pouvoir d'un blog, d'un web document maison, d'une oeuvre personnelle de garage, d'un livre auto-édité, d'une vérité non filtrée (rue89), peut désormais influer sur les choses autant sinon plus que les oeuvres ou les émissions établies.

Le vrai musée est-il encore le musée ? Le vrai musée n'est-il pas l'ensemble de ces échanges non établis ?

Il a vécu par l'épé et mourra par l'épée, le dit si bien l'adage. Si notre modèle actuel repose et vit par l'image, il est probable qu'elle participe aussi à sa finitude. Ainsi, les réseaux nous abreuvent maintenant d'images fortes, belles ou terrifiantes, venues des autres continents et que nous n'aurions peut-être jamais vues autrefois. Ces images sont postées par quiconque, anonymes. Elles concourent à l'émancipation d'une conscience collective, une connaissance, que nous n'aurions pu obtenir jusqu'à lors.

Et alors ? Me direz-vous. Alors, il m'amuse de constater que l'ordre établi n'a effectivement plus le pouvoir sur les choses puisqu'il ne contrôle plus l'image, malgré toute apparence entretenue. Et comme dirait si bien le philosophe Michel Serres que j'affectionne beaucoup, c'est bien l'avènement de l'ère de "Petite poucette", cette anonyme qui de son doigt pousse l'image sur les réseaux et rend de facto ce monde caduque.

Arzhur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire