vendredi 7 décembre 2012

Les objets connectés


Suite au salon LeWeb 2012, déroulé cette semaine à Paris du 4 au 6 décembre, et consacré aux mastodontes de la nouvelle économie (Google, facebook, Free, Amazon, Nokia...), de nombreuses annonces de services innovants ont été lancées et tous misent sur la connectivité croissante des objets de notre quotidien.

Parmi les annonces, citons :
  • Nokia et sa nouvelle cartographie participative connectée,
  • Nest et son thermosat connecté,
  • Le calepin connecté d'Evernote business,
  • LifX et ses ampoules domotiques connectées,
  • Paypal et sa carte de parking chech in connectée,
  • Withings et ses bracelets connectés,
  • Koubachi et ses arroseurs de plantes domotiques connectés.
Bref, tout est connexion !

La standardisation du Web et en fin de compte, l'exclusion d'expériences avancées du Web classique (Web bridé), a ouvert sur les autres périphériques connectés (les smartphones, puis les tablettes et enfin aujourd'hui les objets du quotidien) un large éventail d'innovation. Désormais, ce sont les objets du quotidien qui voient déferler l'intelligence éditoriale sous la forme de services embarqués.

Cette tendance est de fond et ouvre un marché pointu mais très prometteur pour les industriels qui se croyaient doublés par l'économie des pays émergents se contentant de reproduire des objets simples. Le service de l'innovation n'est pas tellement demandé par les utilisateurs car il n'est pas encore identifié, mais une fois celui-ci intégré aux objets, il sera difficile pour beaucoup de s'en abstraire.

L'innovation possible grâce à la connectivité va valoriser grandement les biens des entreprises en pointe vis-à-vis des fabricants traditionnels. Reste à trouver des designers, des UX designers, des ergonomes, des programmeurs, en phase avec ces innovations, qui savent concevoir des services suffisamment intelligents sans bloquer les utilisateurs si la connexion n'est plus disponible par exemple.

L'ultra connectivité de certains appareils risque, à contrario, de renforcer la noblesse et la simplicité d'objets traditionnels. Gageons qu'en cela, les objets de demain élèveront les exigences de la clientèle sur un design qualitatif, que les objets soient ou non connectés.

Cette tendance du marché trouve également écho dans les formations nouvellement mises en place dont ce master spécial Gaming récemment créé à l'école des Gobelins (MS Interface Digital Experirence), et qui forme les futurs acteurs de cette nouvelle économie fondée sur l'innovation et la connectivité. Les entreprises intéressées par la conception d'objets connectés et d'interfaces innovantes y trouveront les bons profils.

Avis aux intéressés ; )

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire