jeudi 8 novembre 2012

Comparatif : Adobe Elements vs iPhoto/iMovie !


Sur un ordinateur Macintosh est installé par défaut la suite iLife, dans laquelle figurent de nombreux outils multimédias dont iPhotos pour les images et iMovie pour les vidéos. Cette suite peut être achetée séparément si votre système est un peu ancien ou ne la possède pas.

Dans le même segment commercial, Adobe propose la suite familiale Photoshop Elements et Premiere Elements, pour le traitement des images et des vidéos.

Chacune de ces suites est accessible autour de 150 euros TTC.


Que valent ces logiciels ? Et à la veille de Noël, quelle est la solution qui conviendra le mieux à un usage domestique ou semi-pro et que vous choisirez peut-être de vous offrir ?

1) Apple iPhotos et iMovie
Les logiciels Apple sont faciles à prendre en main pour traiter rapidement un petit volume d’images et de vidéos. Mais, très rapidement, iPhotos ne suffit pas à gérer un nombre grandissant d’images. Les images ne peuvent pas être déplacées facilement et l’augmentation de leur volume menace à terme la stabilité du logiciel. Les médias étant cachés dans le système dès leur importation, il ne vous est pas vraiment possible de déplacer vos images sur un disque amovible sans perdre physiquement les données, à moins de trifouiller dans le système mais les images n’apparaîtront alors plus dans le logiciel. Ingérable donc.

Concernant iMovie, le problème est similaire. Les vidéos affichent en outre un poids plus important encore que les photos, c’est donc votre disque dur qui risque de saturer avant que le logiciel ne devienne instable. Même soucis de gestion opaque des données qui rend la solution peu adaptée à un usage pérenne.

2) Adobe Photoshop et Premiere Elements

Adobe a lancé depuis quelques années une suite de logiciels inspirée des versions Pros de Photoshop et Premiere, à un tout petit prix. Cette suite utilise en fait le même moteur que les versions Pros. On retrouve toute la puissance de traitement des outils avancés mais intégrée dans une interface intelligente et ouverte, qui propose (elle n’impose pas) un affichage soit rapide (on clique et on obtient un réglage automatique), soit guidé (on obtient des réglages commentés et assistés), soit avancé (sans aide, comme dans la version Pro). Si vous êtes nul ou paresseux, vous choisissez Guidé, et Adobe mâche le travail pour vous en décrivant toutes les actions à conduire selon le résultat voulu. Si vous cherchez à obtenir des réglages aussi détaillés que dans la version complète de Photoshop Extended, vous activez l’onglet Avancé, et zou, vous êtes dans le vrai Photoshop. Idem pour Premiere, inclus dans cette suite Elements.

Mais alors, que reste-t-il aux logiciels pros, si pour 150 euros, on a le vrai Photoshop et le vrai Premiere ? Dans la version de Photoshop Elements, l’outil Plume, la quadrichromie et la 3D ne sont pas disponibles. Dans Premiere Elements, les options de compression avancées de la vidéo ne sont pas disponibles non plus et limitent la vidéo à un usage domestique et au Web jusqu'au full HD tout de même.
Mais pour une production bureautique ou pour les loisirs, la suite Elements suffit amplement et répond bien mieux aux besoins que la suite Apple, trop bridée et encore plus limitée en résolution et compression. Dans Elements, il reste en effet possible d’ouvrir et refermer n’importe quelle image ou vidéo, où qu’elle soit stockée, dans les deux logiciels Adobe, et de la traiter directement, là où Apple vous oblige à importer les médias en saturant vos disques et le système. Rien ne vous empêche, cela dit, d'organiser vos médias dans Elements, dans des dossiers virtuels (façons Bridge), sans déplacer les images stockées où vous le voulez.

En tant qu’utilisateur professionnel des logiciels Photoshop Extended et Premiere Pro, je n’hésite pas à recourir aux versions Elements, aussi complètes et souples, pour des traitements ponctuels, lorsque ces logiciels sont disponibles sur les postes de travail où je dois intervenir lors de mes sessions de formation et de production... Et en plus, c’est compatible Windows ; )

Entre Apple ilife et Adobe Elements, mon choix est donc évident, c'est Elements.A quand un iTunes version Adobe, pour en finir avec celui de Apple, aussi ingrat concernant tout ce qui est audio. Reconnaissons, cela dit, la vélocité et la facilité des interfaces Apple. Mais, si on ne peut rien en tirer au final, à quoi ça sert ?

Pour en savoir plus sur la suite Adobe Elements :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire