jeudi 20 septembre 2012

MotionComposer 1.5 : animer sans programmer !


La nouvelle version de Aquafadas MotionComposer 1.5 est disponible depuis ce 20 septembre 2012 sur le site de Aquafadas pour seulement 109€.

Relevons ce qu'apporte MotionComposer 1.5 par rapport à Flash Pro CS6 ou à Edge ?
  • MotionComposer est une solution facile d'utilisation, adaptée à tous. On glisse, on dépose, on exporte, et c'est fait.
  • MotionComposer est accessible. 109€. C'est tout ?
  • MotionComposer exporte, au choix, en HTML5 (standard Javascript), en SWF ou les deux à la fois, avec un affichage contrôlé de type SWFObject qui permet d'afficher la version HTML5 si player Flash est indisponible, ou le contraire, de n'afficher le SWF que si HTML5 n'est pas reconnu. Même Flash Pro ne propose pas cela ! Une solution très élastique donc et vraiment adaptée aux productions actuelles, et même aux intégrateurs HTML5 qui préfèrent donner priorité au HTML5 sur le SWF.
  • Côté interface, pas de révolutions. Une animation reste représentée sous la forme de diapositives pour lesquelles on gère les propriétés de transition dans une palette associée. Quelques actions sont disponibles sous la forme de comportements prédéfinis, sans programmer.
  • Le must de cette nouvelle mouture est sans nul doute sa hyper compatibilité avec les tablettes tactiles. Il est possible d'intégrer les animations HTML5 de MotionComposer dans votre mise en forme InDesign/XPress pour iOS et Android, et de la publier ensuite à l'aide des solutions DPS de Aquafadas ou Adobe, tout comme de les intégrer dans une page HTML pour un simple site Web à destination des navigateurs mobiles, et le tout, sans programmer ! Flash Pro CS6 et Edge ne proposent pas d'animations aussi adaptées aux nouveaux supports. Les standards Canvas et SVG qu'ils utilisent sont encore jeunes sur les plateformes mobiles contrairement à Javascript ici choisi pour MotionComposer. Des actions peuvent également être placées dans MotionComposer, pour contrôler des contenus placés dans un projet InDesign, et inversement. De quoi produire des publications digitales très attractives et bien différentes de certaines productions calquées uniquement sur le format PDF ou HTML.
Inutile de se casser la tête à apprendre HTML5/CSS3/Javascript donc, pour animer brillement en HTML5, surtout si vous produisez pour les tablettes. Laissez l'imbitable ingratitude de ces standards inachevés aux intégrateurs de données ou aux fournisseurs de CMS gratuits. Vous pouvez vous concentrer, enfin, et grâce à l'aide de MotionComposer, sur ce qui est vraiment utile : le contenu, le style, le design, la typo, l'animation et la mise en forme de votre publication. Apprenez plutôt à maîtriser les outils de publication digitale et de design graphique. Les maquettistes ont toujours rêvé d'ajouter des animations à leurs maquettes DPS ou au Web, sans programmer. Aquafadas l'a fait.

Que reste-t-il donc aux outils Flash, Edge, Hype qui animent aussi en HTML5 ?
  • Flash permet de réaliser des projets interactifs et pas simplement animés, de réaliser des publications mobiles iOS et Android à partir de sites en Flash existants, et connectés à des bases de données de manière bien plus souple que les solutions Aquafadas.
  • Hype permet la gestion de contenus vidéos en HTML5.
  • Edge sait bien animer les cartes géographiques et les profiloscopes, grâce à son standard SVG.
Malgré les qualités de chacun de ces produits, quand on sait également que Aquafadas DPS est désormais compatible iOS et Android, la société française de Montpellier a largement rattrapé son retard sur les nouveautés de Adobe, sorti seulement au printemps dernier ! Adobe, bien que plus onéreux, avait en effet repris une part du marché de la publication digitale, parce qu'Adobe permettait de publier pour iOS et Android quand Aquafadas n'autorisait alors que iOS. Mais cette nouvelle configuration Aquafadas (animations HTML5 + publications iOS/Android) va réconcilier plus d'un maquettiste avec la marque française, désormais très en avance sur son concurrent. Cocorico !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire