vendredi 14 septembre 2012

La mode, c'est Karl !

Tentons de définir ce qu'est la mode au sens strictement appliqué du terme.

Un design d'objet, qu'il soit purement associé à un bien de consommation (un téléphone, un presse agrume, une architecture collective), ou à l'histoire de l'art (un tableau, une sculpture, un édifice), est dit-on réussi lorsque la forme plastique qui est déployée par le design fait écho à la fonction de l'objet en question (pour un bien de consommation) ou au récit qui émane de l'objet (pour une oeuvre d'art). Ainsi, un bon design propose une forme toujours en corrélation avec la fonction de l'objet. Il n'est pas de bon design qui plaque une forme sans prendre en compte la fonction ou la psychologie du sujet qu'il revêt.

Dans les exemples de design pérennes, citons : un vasque antique, une caravelle en bois, une chaise Ikéa, une 2CV Citroën, un iPhone. Tous ces objets ont un aspect étudié pour répondre d'abord à une fonction, à une ergonomie, à un service. Et même si l'objet disparaît des usages, son design pérenne devient le symbole d'une époque. Son souvenir perdure, comme si l'objet était passé hors du temps. Et c'est précisément parce que la forme répond à la fonction, que l'objet passe hors du temps. Car même si la fonction n'a plus lieu d'être (on ne traverse plus les mers en caravelle !), la cohérence entre la forme et le fonds persistent et l'oeuvre demeure intacte et juste. C'est cette relation juste entre fonds et forme qui rend pérenne l'objet design.

Nous avons défini ce qu'est un bon design. Qu'est-ce que maintenant la mode ?

La mode est un design qui revêt un sujet. Une mode juste est donc, par nature, une mode qui sied à un sujet, en respectant sa fonction ou sa psychologie, de la manière la plus juste possible, la plus fidèle possible et la plus pérenne possible. Et si la forme est juste et cohérente, alors, la mode devient durable et jaillit hors du temps, comme jaillit un objet bien designé. La mode, c'est donc un habillage qui ne craint pas la vétusté ni le passage du temps ! La mode, ce n'est pas ce qui se démode, bien au contraire, c'est ce qui dure parce que c'est cohérent avec le sujet qu'elle habille.

Les quelques rares décideurs de la mode, qui se démode, l'ont pourtant bien compris. Ils ne changent pas de look tous les trois mois. Yves Saint Laurent, Jean-Paul Gaultier, Christian Lacroix, ne se sont-ils pas parés de vêtements et d'un style hors du temps ? N'ont-ils pas adossé une apparence qui correspond à leur psychologie, stable, pérenne, sans se fier à ce qui est tendance ou pas ?

Le plus emblématique en la matière m'apparaît être l'indétrônable Karl Lagerfeld. Celui qui rend la mode démodable est, pourtant, intrinsèquement, ce que devrait être la mode elle-même. Karl Lagerfeld est indémodable ! Il est vêtu avec un style pérenne qui lui sied parfaitement et répond à sa propre psychologie, à la fois arrogante, élégante, sobre et ostensible. Il était habillé ainsi il y a des années, et il le sera pour toujours. Il s'est désigné comme devraient l'être tout ceux qui se disent à la mode. Karl est la mode car il n'est pas à la mode. Il représente sa propre oeuvre pérenne et hors du temps.

En ces termes donc, la mode, ce n'est sûrement pas H&M ni Vogue. La mode, c'est du durable. Il en va de même pour tout type de création, qu'elle soit textile, graphique, digitale, physique ou autre. Etre à la mode, ce n'est pas pro. Ce qui est pro, c'est de vivre hors du temps, dans une ligne claire, durable et bien définie.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire