lundi 28 mai 2012

Et maintenant : la HBB TV !



Après la TV HD, la TV 3D, voici la TV connectée (norme Hbb TV).

L'émission C dans l'air, animée par Yves Calvi, Laurent Bazin et Axel de Tarlé propose la première application pour télé connectée. Vous regardez l'émission en direct, et grâce à l'interface connectée de l'émission, vous réagissez, commentez l'actualité, répondez à un sondage, participez au débat, accédez aux biographies des invités.

L'utilisation isolée de chaque support (TV ou tablette) propose une écriture classique, monofocale. La conjonction de deux outils (une TV et une tablette par exemple) propose en revanche une direction originale et unique, dont le sens ne peut jaillir d'un seul canal. C'est le trans-média.

Mais, alors que c'était typiquement le bon projet pour entrer dans le trans-média, ce n'est hélas pas l'orientation choisie par la direction de la chaîne qui a préféré contraindre le spectateur à investir dans un nouveau matériel tout-en-un parfaitement inutile, quand une tablette ou un smartphone et une télévision suffisaient amplement pour obtenir un résultat plus probant. Tout semble donc organisé pour "pousser à la consommation", au détriment semble-t-il d'une expérience réellement trans-média.

Si le projet retient mon attention ici, ce n'est bien sûr pas pour la quête d'un nouveau téléviseur, mais parce qu'il nous aide, dans ce que nous pouvions imaginer et que nous n'avons pas, à mieux cerner une nouvelle fois ce qu'est le trans-média.

Le trans-média, dans le cadre de ce projet, aurait été de rendre disponible une interface connectée sur les tablettes et les smartphones, afin de permettre à quiconque de participer à l'émission, y compris sans la regarder ! La tablette en question aurait alors déployé une interactivité en laissant libre l'écran de télévision pour que le spectateur profite pleinement de l'image et du show. Chaque canal offre alors un sens qui lui est propre. Les deux, joints l'un à l'autre, en apportent un nouveau.

Gageons que France 5 ajustera bientôt sa copie et proposera une application nomade iOS et Android, indépendante de l'écran de télévision, pour ceux qui ne possèdent pas de télé connectée.

Le mécénat de partenaires fabricants et annonceurs peut parfois contraindre les grands groupes audio-visuels à orienter certaines actions culturelle dans une logique différente des attentes éditoriales innées de la chaîne, le temps d'une exclusivité. Il est regrettable que cela advienne sur la plus publique des chaînes télévisées ; )

Et l'arrivée programmée de concurrents directs (Apple TV et Google TV) dans l'année 2012 alimentera plus encore les enjeux de ce tout nouveau débat !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire