mercredi 12 octobre 2011

Flash player 11 - demo

Voici la vidéo de la conférence Adobe Max (octobre 2011) où l'on peut voir les performances incroyables du nouveau player Flash.

http://tv.adobe.com/watch/max-2011-keynotes/gaming-and-3d/

Pour résumer :

  1. Moteur 2D et 3D qui déchargent tout sur la carte graphique. Des performances à faire blêmir les autres technologies.
  2. Un rendu en temps réel. Un moteur de particules. Le tout compatible multiplateforme y compris iPad !
  3. Sortie officielle de la Creative Suite CS6 : printemps 2012.

dimanche 9 octobre 2011

Le cinéma numérique événementiel

Vous connaissez le film d’animation Un monstre à Paris ? C'est le nouveau film d'Eric (Bibo) Bergeron, co-réalisateur de Gang de requins et réalisateur de La route d'eldorado. L'animation 3D y est d'une grande qualité. C'est un ancien des Gobelins, Cocorico !

A l’occasion de l’avant première de la sortie du film, je suis allé assister en direct, à la retransmission qui suivait le film d’un concert de Mathieu Chedid, Vanessa Paradis et Sean Lenon. Cet événement original a été possible grâce au numérique. L’événement d’une salle de spectacle (le Trianon) fut retransmis dans plusieurs salles de cinéma de l’hexagone.

Malheureusement, bien que les artistes aient offert une grande prestation, l’émotion du public dans la salle et celle des artistes sur scène semblaient artificielles. En voici la raison.

Lorsqu’un artiste se produit sur scène, il échange avec son public. Il communique. Et c’est cela qui le guide dans son interprétation. De la même manière, le public applaudit ou s’émeut pour un artiste afin de lui témoigner son admiration. L’artiste comme le public reçoivent un signal mutuel. Ils communiquent.

Ici, nul échange n’est possible. Seul l’artiste peut lancer de temps à autres une perche à un public qu’il ne perçoit pas, de façon totalement anonyme. L’artiste ne voit pas son public et qu’il se débrouille pour créer de l’émotion ! Le public ne reçoit pas les réponses de l’artiste à ses appels et qu’il se débrouille pour communier avec lui !

Or, le numérique permettrait de réaliser cet échange. Si l’on peut transmettre dans un sens, on peut aussi le faire dans l’autre. Le coût de mise en scène ne serait pas le même, mais l’émotion serait bien plus grande. Et n’est-ce pas cette émotion que l’on recherche ? Sinon, autant louer un DVD !

Il suffirait que l’artiste et chacune des salles puisse interagir ensemble. Là, oui, ce serait innovent. La retransmission événementielle abolirait définitivement les frontières ! C’est en tous les cas dans ce sens vers lequel le cinéma peut évoluer et gagnerait, à l’occasion de tels événementiels, en émotion.

http://www.unmonstreaparis.com/