mardi 29 novembre 2011

Flash est mort ? Vive Air !


Flash n'est pas mort bien sûr, bien au contraire. Mais si vous le pensez, parce que vous ne connaissez sans doute pas assez son potentiel, voici quelques indications indispensables pour mieux comprendre l'évolution du marché.


Flash dans le navigateur est en fin de cycle, en effet. De ce point de vue, oui, nous pouvons confirmer la mort d'un cycle du SWF. Le HTML5, bien que nettement plus limité, prendra progressivement sa place jusqu’à substitution totale d’ici 2015. En attendant, Flash reste incontournable. Mais à terme, il ne sera plus question de réaliser des sites vitrines simples tout en Flash. Alors, que faire si vous êtes un excellent flasheur et que vous ne souhaitez pas revenir à du HTML primaire pour mettre en forme vos créations les plus spectaculaires ? Etre intégrateur relève d'un profil de développeur plus que de graphiste. Intégrer c'est aussi apprivoiser les langages Javascript, PHP, Python, et autres, dont la vocation n'a rien de graphique. Et ce n’est pas Edge, ce logiciel d’animation HTML5 qui répondra, dans ses limitations techniques liées aux caprices des navigateurs, à vos besoins, n'est-ce pas ? Alors, que faire ?


Avant de rentrer dans les ordres du HTML5, et de vous soumettre aux vindications d’intégrateurs puristes et sémantiques trop souvent dépourvus de sensibilité créative, observez plutôt les prouesses et le potentiel de la technologie Air et parallèlement du Javascript.


Air, c’est du Flash auquel est ajouté du XML, des CSS, du Javascript, et un navigateur transparent. Le tout est compilé dans un seul format diffusable en tant qu’application en dehors des navigateurs ou exportable au format SWF pour une immersion dans le navigateur. C’est 100% multiplateforme ! Les applications sont compatibles iOS et Android. Ce qui a fait la force de Flash se retrouve dans Air.


Le marché est aujourd’hui tourné vers les applications mobiles bien plus que vers les sites HTML. En migrant de la technologie Flash, vers Air et/ou vers le langage Javascript avec ses librairies gratuites, vous devrez certainement recentrer votre logique de codage un peu, mais les efforts seront payants, bien plus que de réduire vos compétences à des mises en formes restreintes que tout intégrateur sans créativité dominera demain, que de nombreux CMS proposeront gratuitement, et qu’aucun logiciel (même pas Edge) ne saura coder proprement. Air vous permet de créer des applications mobiles, des interfaces de jeu multiplateforme et de péréniser vos univers graphiques. Javascript vous permet d’enrichir un peu les pages HTML dans le navigateur à partir d’animations et de fonctionnalités un peu plus applicatives que le HTML5 ou d'enrichir les développements Air. Il peut donc devenir un bon compagnon en plus de la technologie Air.


Flash mute en composante de Air et laisse place au Javascript pour les animations sur les navigateurs mobiles. Si vous souhaitez poursuivre dans le développement à forte valeur ajoutée, et vous préparer pour les prochaines générations de sites Web, apprivoisez Air et initiez-vous un peu à Javascript.


Pour vous aider à mieux comprendre l'enjeu de la technologie Air, voici un simple exemple d'idée de développement possible avec Flash et Air :

  • On recrée la wii, sans wii ! Soit une interface de commande pour tablette ou smartphone en Air pilotée depuis cet environnement, et une autre interface en Flash SWF ou Air, sur un grand écran. Désormais, un musée, un office de tourisme, un commerce, un cinéma, un restaurant, pourront proposer des contenus interactifs à leurs visiteurs, pilotables contextuellement à partir de leurs smartphones et de leurs tablettes, même Apple, et ce, de manière simple et uniforme, grâce à la technologie Air.
  • Applications mobiles publiables à la fois pour Android et iOS, à partir d'un seul développement.
  • Sites spectaculaires pour navigateurs sur postes fixes. Activité certes plus marginale, mais proposant des résultats toujours impressionnants (voir l'article de décembre au sujet de Flash et la 3D).

Désormais, oubliez les sites seuls. Pensez application !

Flash n'est pas mort, c'est une boutade ! Flash devient une composante incontournable de la technologie Air, bien plus impactante et fonctionnelle, plus créative et plus lucrative, avec un bien meilleur retour sur investissement. "Flash est mort" n'est qu'un fantasme pour ceux qui prennent pour réalité les promesses non tenues et non tenables du HTML5 et qui ne font pas cas de la réalité opérationnelle actuelle de Flash via Air.

3 commentaires:

  1. "Vous pensez que Flash est mort, et d’une certaine manière, vous n’avez pas tord."

    Flash MOBILE, MOBILE! Important de préciser!

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour vos encouragements. Bien sûr que non Flash n'est pas mort. Mon titre surf sur des ouï dire, mais veut surtout interpeler pour éveiller les utilisateurs à une mutation. Mon titre est également fait pour répondre à ceux qui condamnent cette technologie.

    Pour étayer mon propos, je préciserais bien que Flash est mort pour les sites plaquettes à destination des tablettes mobiles et des postes fixes, remplacé par JQuery plus que HTML5 qui ne tient pas encore ses promesses, et que Flash se recentre, de fait, en devenant une composante de Air afin de permettre le développement sans limite d'applications incroyables pour fixes et mobiles.

    Observez que l'on passe facilement d'un budget jusqu'ici aux alentours de 3000 à 15000 euros pour faire un site en Flash moyen, à un budget désormais de 10000 à 50000 euros pour monter une appli moyenne ! Et ce, avec les mêmes outils, avec Flash et Air ! C'est incroyable. Et le client est ravis car il obtient un meilleur retour sur investissement.

    Donc, Flash n'est pas mort en tant que tel, loin s'en faut ! Il monte en charge même. Il passe dans la cour des grands ! Flash est mort pour les sites plaquettes embarquées sur des navigateurs mobiles, oui, mais il revient en tant qu'outil de développement pro pour des projets encore plus innovants (RIA).

    La mort n'est jamais qu'une nouvelle naissance.

    RépondreSupprimer