mardi 15 novembre 2011

L'après Flash mobile


Le 9 novembre 2011, Adobe annonce l’arrêt du développement des multiples versions du player mobile de Flash au profit des versions futures de Air et du player Web de bureau. Flash serait mort ? Bien sûr que non. Voici ce qu’il faut en retenir :

Le souhait initial de maintenir un lecteur transversal, homogène et multiplateforme impliquait de niveler les possibilités de Flash vers le bas, compte tenu de la limite de performances que proposent les plateformes mobiles actuelles. Ce nivellement est si diminué que les animations HTML5 bientôt compatibles avec la plupart des navigateurs ne justifieront plus le recours à une technologie Flash abaissée. La stratégie d’Adobe repose donc sur un autre objectif, celui de fragmenter provisoirement la technologie Flash en imposant le remplacement de la version mobile par du HTML5 et en libérant les innovations en revanche pour tout ce qui sera restreint à l'ordinateur personnel ou aux applications mobiles.


Donc, pour une visibilité transversale d'un site Web, il est clair que le format Flash SWF n'est plus la technologie à privilégier, même si de la majorité des tablettes va encore accepter ce format dans le navigateur. Remplacez le SWF par du HTML5 pour les présentations simplifiées. En revanche, n'abandonnez pas le logiciel Flash trop vite, car voici ce qui nous attend.


Quel est l’enjeu de ce choix stratégique ? Il est une piste évoquée jadis par Thibault Imbert lui-même, mais non retenue à l’époque de l’émergence des nouvelles plateformes mobiles. C’est de préférer, finalement, enrichir l’expérience de Flash sur quelques plateformes et en mettre plein la vue, afin que la technologie demeure si époustouflante qu’elle s’impose comme une norme plus tard, sur les futures plateformes mobiles, de la même façon que Flash su s’imposer en son temps, au début du Web classique. C'est un pari osé mais qui a fait ses preuves. Les technologies qui se sont toujours imposées ne sont pas celles qui servent les standards, mais celles qui répondent à un besoin à un moment donné. Sinon, tous les OS tourneraient sous Linux depuis le début de l'informatique !


Nous pouvons croire qu'il s’agit donc bien d’un recul temporaire, pour mieux revenir plus tard, plus fort.


Cette stratégie est autrement intéressante pour Adobe, car elle permet de valoriser d’autres secteurs nouveaux comme le Adobe Cloud et les solutions HTML5.


Concernant les évolutions des formats Flash, il demeure une interrogation. Flash permet d'exporter au format Air, SWF et prochainement en HTML5. Air est un super SWF comportant son propre navigateur et du HTML5, du XML. HTML5 devient le standard de prédilection des animations pour le Web et les tablettes. Que deviendra le SWF si les deux autres formats prennent le dessus ?


Une version de Flash Pro devait être totalement recodée pour en faire une véritable solution 3D dédiée au jeu, mais c'était sans compter sur le partenariat improvisé de Adobe avec Unity Engine qui permet de convertir un jeu 3D existant en Air. L'option Flash Pro solution 3D va donc être abandonnée au profit certainement d'une solution plus HTML5, complémentaire à Edge.


Pour en savoir plus sur le devenir de Flash Professionnel (pour les motiondesigners) :

http://www.mikechambers.com/blog/2011/11/10/flash-professional-and-the-future/


L’abandon de Flash version mobile n’est naturellement pas annoncée comme temporaire, car cela éveillerait la concurrence. Mais il est clair que c’est pourtant l’enjeu dévoilé par Mike Chambers lorsqu’il annonce un recodage complet de Flash pro et la démultiplication des fonctionnalités du logiciel avec une orientation clairement axée sur la vidéo et la 3D. En fait, tout passera désormais par Air. Les tablettes mobiles n’ont pas voulu du player Flash. Qu'à cela ne tienne, Flash renonce à forcer la main et mobilise Air pour se recentre sur son vrai métier d’hyper-intéractivité, pour mieux imposer plus tard un nouveau standard d'hyper-intéractivité sur toutes les plateformes qui voudront être à la page.


Pour en savoir plus sur les motivations de l’abandon temporaire de Flash mobile :

http://www.mikechambers.com/blog/2011/11/11/clarifications-on-flash-player-for-mobile-browsers-the-flash-platform-and-the-future-of-flash/


Amis flasheurs, pour savoir si vous devez songer à présent à une reconversion, voici ma suggestion. - Si en effet vous réalisez de simples Web de présentation animée, OUI ! Apprenez le HTML5, oubliez Flash comme vous avez oublié Director à la fin des années 90.

- Si en revanche vous souhaitez exceller dans les immersions impactantes et époustouflantes, en vidéo et en 3D, pour le jeu, pour la création d'applications de bureau ou mobiles, pour l'ajout de fonctionnalités avancées au sein de sites de service (configurateurs high-techs), alors, armez-vous en complétant vos connaissances à l'aide d'un bon logiciel 3D, de notions de vidéo et adoptez la formez-vous à la programmation dans Flex (couple Flash Catalyst/Flash Builder) et à la POO (programmation orientée objet) en commençant par vous initier à C !

6 commentaires:

  1. PANIQUE A BORD !
    Heureusement qu'il y a des fanatiques de FLASH comme toi pour nous éclairer sur cette opaque stratégie D'ADOBE qui nous apparaît à tous comme un très surprenant volte-face non prémédité.

    Tu réduis l'impact de l'abandon de FLASH sur plate-forme mobile en te persuadant que seul ce secteur sera touché. C'est un point de vu que je respecte.
    Je reste, pour ma part convaincu qu'à l'avenir il y aura de moins en moins de place pour FLASH sur le marché du WEB en général.

    RépondreSupprimer
  2. Pas tout à fait. J'indique justement que l'absence de Flash mobile implique de devoir se mettre au HTML5 pour ceux qui veulent faire des sites Web classiques. Je suis d'accord avec l'idée que l'absence de player Flash mobile rend obsolète toute conception Flash de facto, pour une approche transversale. En revanche, ce que je soulève, c'est que ce retrait n'est que provisoire, le temps que les équipements des tablettes deviennent plus performants et que les nouveautés de Flash à destination du mobile et du bureau séduisent les constructeurs des futurs tablettes ; ) On est donc bien d'accord.

    RépondreSupprimer
  3. Il est certain que l'absence de Flash va creuser un vide sur le Web transversal. Ce n'est pas le HTML5 qui pourra atteindre les possibilités de Flash. Il n'est donc pas exclu qu'un nouvel opérateur s'introduise dans la course. Google, Apple ou Microsoft ont les moyens de mettre à disposition des futurs-ex-flasheurs un formidable outil WYSIWYG pour designer des interfaces polysensorielles, riches et stables. L'enjeu aujourd'hui est de savoir qui va succéder à Flash mobile. Est-ce Flash lui-même, ce que projette Adobe ? Ou un nouveau format plus avancé que HTML5 et Javascript ? Peu importe. Ce qui compte c'est de trouver l'outil qui saura valoriser les contenus depuis un navigateur. Affaire à suivre...

    RépondreSupprimer
  4. Bien dit !
    Le milieu du WEB MOBILE ne sera pas le seul impacté par cet abandon !
    Ne perdons pas le double objectif :
    1- confort de production > Flash maîtrisé par les développeurs WEB depuis des années est confortable alors qu'a ce jour, aucun outil ne facilite la production de contenu HTML5 (Ce n'est que le début !)
    2- Force du produit réalisé auprès des utilisateurs/visiteurs/lecteurs > Il est clair que l'abandon du FLASH mobile par ADOBE et le refus de MICROSOFT d'intégrer le player FLASH dans sa prochaine mouture "Internet Explorer" provoquera chez eux une réelle méfiance qui pourrait très vite devenir de la frustration si les développeurs n'anticipent pas ce changement imposé des habitudes WEB (doubler les réalisations FLASH par du HTML 5 sera forcément très coûteux et, je suis tout à fait d'accord avec toi Arzhur, les réalisations en HTML 5 seront certainement moins performantes et moins efficaces que du FLASH... du moins, dans un premier temps...)

    RépondreSupprimer
  5. On continue d'en parler dans les blogs.
    Voici le dernier article que j'ai trouvé:
    http://www.hteumeuleu.fr/flash-position-adobe/

    RépondreSupprimer
  6. Flash sur iPad, c'est possible. L'application onLive qui est initialement un service de jeux, propose un navigateur compatible Flash et Office pour 5 dollars/mois.

    http://itunes.apple.com/fr/artist/onlive-inc./id400950550

    http://www.igeneration.fr/app-store/onlive-desktop-plus-flash-sur-ipad-79472

    http://www.lemondeducloud.fr/lire-windows-7-sur-ipad-onlive-apporte-flash-et-ie-47914.html?utm_source=mail&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter

    RépondreSupprimer